RETOUR A L'ACCUEIL





Du rififi au trou n° 16 de Moliets

Publié le 08/11/2015 à 05h03

Nouvelle enquête pour la brigade des recherches de Dax, « capitale virtuelle et opprimée du département des Landes ». Plantons le décor. Le golf de Moliets, 18 et 9 trous avec vue sur mer, 84 hectares d'herbe tendre, ouverture du pas de tir à 7 h 30 le jeudi.

Oui mais voilà, le jardinier en chef est mort, planté à 2-3 kilomètres de là, en Peugeot jaune, contre un pin. Un accident. Pas si sûr. Y a comme « un os dans la garbure ». Alors la gendarmerie de Dax sort ses deux plus fins limiers : le jeune Basque Morgan Teillagorry et Marcel Parayous, dit « le sanglier du Lauragais ». Sortes de San Antonio et Bérurier. Où l'on apprend que le jardinier en question avait des dettes et que, dans ce mundillo de la canne et du fer 7, ça lutine à tout va.

Pousse-rapière

Il y a du beau monde, le maire de Maâ, négociant en maïs et vice-président du Conseil général, le patron du golf, son prof, le lieutenant de louveterie et leurs femmes respectives. Il y a aussi des montres, des voitures, le curé de Margaux, et puis Maurice et Georges, golfeurs du jeudi matin. Teillagorry et Parayous enquêtent, le vernis craque.

« Balles perdues à Moliets » est le second polar de Maxbarteam, bavard et attachant. Bien bâti. Usant tant et tant de lieux communs landais que cela en devient exotique. Mais, hilh de pute et pousse-rapière, les caricatures de cet ancien gendarme installé sur la côte sud landaise sont bien plantées. Et nous, on remettrait bien les mains dans la garbure.

Séverine Guillemet

« Balles perdues à Moliets », de Maxbarteam, éd. Cairn, 357 p., 13,50 €.


Rédigé par Maxbarteam le 06/11/2015: