RETOUR A L'ACCUEIL

 

LARME


Le vieil homme ne pleurait plus. Quand je dis ne pleurait plus, il faut comprendre ne pleurerait jamais plus. C'était certainement physiologique sa pompe lacrymale ne fonctionnait pas correctement. Sans doute qu'il pouvait avoir de la peine mais il ne pleurait pas, je crois qu'il le regrettait.

Il avait pourtant le souvenir de la dernière fois qu'il avait pleuré, il sentait encore cette impression bizarre de la petite larme qui coule le long de la joue et descend doucement, puis file soudain comme une fusée, et du goût un peu salé qu'elle avait cette larme.

Il se souvenait parfaitement de cet instant mais ne parvenait pas à se remémorer dans quel lieu, à quelle date ni pour quelle raison il avait pleuré. Cette impression de vide, d'absence le paniquait, perturbait son esprit.

Le temps passait, passait trop vite et chaque jour il pensait à cette dernière larme, elle l'obsédait. Il redoutait simplement de fermer une dernière fois les yeux et de ne pouvoir replacer ce moment dans la case restée vide de sa mémoire.

Il faisait pourtant des efforts, ses méninges travaillaient dur, mais jamais il ne parvenait à situer cette tranche de vie. Ca le rendait triste, très triste.

L'enfant jouait dans la cour, le père Noël était passé la veille et avait été particulièrement généreux. Sur son petit vélo rouge le roi n'était pas son cousin. Il pédalait avec vigueur, maintenu en équilibre par les deux petites roues, des stabilisateurs. Emporté par son élan il toucha le bord du muret et connut la première gamelle d'une longue série. Il deviendrait un grand champion cycliste mais il ne le savait pas encore.

Ses genoux et ses mains avaient fait connaissance avec le revêtement asphalté de la cour. Le vernis avait sauté sur quelques centimètres carrés. De grosses larmes coulaient le long de sa joue, Son père arriva en courant et le prit dans ses bras, serrant sa tête contre la sienne.

Le vieillard un peu sourd ne l'avait pas entendu tomber ni hurler, mais comme s'il avait eu un pressentiment il se retourna. S'il avait perdu l’ouïe son oeil était encore perçant. La première chose qu'il vit ce fut cette larme qui coulait de la joue de l'enfant sur la joue de son père. Cette petite larme descendait doucement sur la joue de son fils, une image venait d'exploser dans son cerveau, maintenant il se souvenait, il se souvenait.

Il en était sûr, cette dernière larme, elle avait coulé quand il avait dû renoncer à enfourcher son vélo pour suivre son fils comme il l'avait toujours fait.

- Papa, ce n'est plus raisonnable, lui avait dit le champion avec un trémolo dans la voix. Oui c'était ce jour-là, il y a déjà longtemps, très longtemps.

Une petite goutte perlait au bord des cils du vieillard, imperceptible, une toute petite goutte. Il l'essuya, ce n'était pas une larme, non il ne le pensait pas. Maintenant il pouvait partir, son petit-fils serait un champion, il n'y avait pas de doute.








Rédigé par Maxbarteam le 23/08/2010 :